AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

 Ogawa Akemi ♔ The internet is for...

avatar
Age : 31
Emploi/loisirs : Mangaka (principalement des histoires érotiques)
Messages : 129
Date d'inscription : 16/03/2018
MessageSujet: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Ven 16 Mar - 23:15


Ogawa Akemi

Il faut savoir prendre son temps, ralentir, suivre ses instincts et goûter la sensualité au quotidien. C'est l'essence même de la vérité.





Nom : Ogawa Prénom : Akemi Date de naissance : 12 novembre 1987 Lieu de naissance : Shanghaï, Chine Origine : Chinoise Nationalité : Japonaise Situation financière : Aisée Sexualité : Pansexuelle profession / matière (pour les enseignants): Célèbre mangaka (majoritairement des histoires érotiques)  avatar : Long Mao Zhin


Akemi s'est déjà fait, avec plaisir, passé pour une mangaka de CLAMP. + Il lui arrive trop souvent de faire des nuits blanches pour le travail. + Évidemment, Akemi pense qu'elle a vu tout le porno qui existe. + Oui, elle trouve souvent à redire sur cette ''charmante'' vidéo, leur trouvant toujours des défauts. + La mangaka est très pointilleuse, lorsqu'il s'agit de porno et est découragée par combien les gens peuvent penser qu'ils sont sexy seulement parce qu'ils sont nus. Ça en prend beaucoup plus que ça! + Elle a eu quelques aventures avec plusieurs de ses enseignants, lorsqu'elle était lycéenne, puis à l'université. + Trois fanboys ont déjà tenté leur chance et l'ont demandé en mariage, lors de diverses conventions. Elle a toujours refusé. + Elle a déjà failli brûler son appartement, alors qu'elle ne se faisait pourtant qu'une omelette. Encore à ce jour, l'artiste n'a pas compris sa prouesse culinaire. + Elle s'est endormie, une fois, alors qu'elle était dans une situation.... ''intime'' avec un pauvre jeune homme qui ne débordait franchement pas de talents entre les draps.  + Elle est dingue de son petit frère. Il est son petit prince, sa peluche vivante, son adoré. Interdiction d'y toucher. + Elle a déjà appelé toute sa liste de contacts, alors qu'elle était bourrée, pour leur parler à tous de son petit frère et en vanter les mérites. + Elle a peur des moutons, parce qu'enfant, elle a été au zoo avec ses parents... elle s'est trop approché de l'enclos des bêtes et des moutons ont commencé à essayer de lui manger les cheveux.  


Personality
En réalité, Akemi est comme tout le monde, elle est unique. La sino-japonaise se décrit comme étant un esprit libre moderne. Elle a conscience que son caractère coloré et son audace d'être ouvertement si libertine ne collent pas du tout à l'image de la petite asiatique typique. À vrai dire, elle en est même fière et ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire amusé, lorsqu'elle entend les fameux commentaires toujours aussi semblables sur le fait qu'aucun homme ne voudra jamais épouser une femme comme elle. Akemi n'a jamais eu cette ambition, même lorsqu'enfant. Pourtant, la plupart des autres petites filles de ses classes rêvaient de leurs maris et de leurs enfants futurs. Pour elle, l'amour... c'est joli sur papier, dans les histoires, les films, la vie des autres, à la limite... mais dans la sienne? Nah. Pas tellement. Son petit frère, ses parents adoptifs, ses ami(e)s, ses amant(e)s lui suffisent amplement pour combler ses besoins affectifs en tout genre. L'amour lui fait un peu peur, bien qu'elle ne sache pas pourquoi. Probablement parce qu'elle a peur de souffrir. Perdre ses parents biologiques a été la pire expérience de sa vie, la mangaka n'en parle jamais, le fait qu'elle soit adoptée est en réalité un simili secret de polichinelle. Non, Akemi ne veut plus jamais ressentir ce genre de choses, en n'aimant personne, elle se portera bien. C'est ce qu'elle pense.

La mangaka est passionnée par son travail, aimant probablement trop s'imaginer toutes sortes d'histoires... qui prennent des tournures plutôt osées. Elle a déjà essayé de faire des petits shojos tout mignons, elle aimait aussi... mais il manquait une portion adulte, une manière d'exprimer quelque chose que seules ses scènes érotiques peuvent. Pour Akemi, une scène de sexe n'est pas que deux corps bien dessinés qui se font du bien pour exciter les ados en mal de peau. C'est une façon de décrire une autre facette d'une relation, c'est une célébration de la beauté du corps humain, c'est une ode au plaisir que deux personnes peuvent se faire! Dessiner, décrire, exprimer une bonne scène est un art, quelque chose de très sensuel et qui recquiert une attention particulière aux détails. C'est facile de dessiner un truc vulgaire et vide. Est-ce que ce sera sexy? Peut-être si on est un ados qui se découvre à peine et qui n'est donc pas très difficile. Mais justement, Akemi recherche à toujours se dépasser et toujours atteindre un niveau supérieur dans ses oeuvres. Elle ne veut pas se satisfaire de son art, elle veut en jouir! Elle veut que ses fans en fassent autant! Y a-t-il mieux que d'être la meilleure amante d'une personne, sans pour autant ne l'avoir jamais touché?

La mangaka est très ouverte et ne refuse que très rarement d'essayer de nouvelles choses. La sexualité est quelque chose qui est prépondérant dans sa vie, elle ne peut pas le nier et ne cherche pas non plus à le faire. Elle considère qu'il est normal et même très sain de pouvoir en parler ouvertement, sans gêne. Il n'y a pas de honte à avoir à prendre du plaisir ou à chercher à passer un bon moment. Donc, oui, c'est peu dire que d'affirmer que les gens plutôt coincés ou prudes ne l'apprécient pas toujours ou lui disent qu'elle devrait ménager un peu plus sa langue. Mais pourquoi? Akemi est ainsi et ne changera pas, elle ne fait de mal à personne, elle ne force personne à quoique ce soit. Elle essaie simplement d'éduquer les gens et de s'assurer qu'ils s'épanouissent dans leur vie. La sino-japonaise est facilement vu comme une originale, n'hésitant pas à inviter ses amis à jouer les modèles pour les cours de dessins d'observation de nus comme n'importe qui vous inviterait à simplement faire du shopping. C'est aussi son genre de mettre un porno, comme on mettrait le dernier Marvel qui vient de sortir en DVD. Pour elle, il n'y a rien de choquant ou gênant là-dedans. Il faut admettre que la plupart du temps, elle est découragé par les films, les trouvant trop grossiers et pas assez artistiques. Les jeux d'acteurs la font râler à l'infini, parce qu'ils jouent absolument mal et n'ont l'air de prendre aucun plaisir et tous les petits défauts ici et là. Sincèrement, quelle personne,  qui tient à la vie, voudrait vraiment se faire caresser intimement par une personne qui a de faux ongles aussi longs que des petites règles et pointus comme des couteaux?! C'est beaucoup trop dangereux! Ça doit faire mal de se faire poignarder à coup d'ongles! ET SI UN DES FAUX ONGLES RESTAIT À L'INTÉRIEUR!? Akemi regarde les films qui font ces erreurs comme n'importe qui regarde un film d'horreur, les frissons d'effroi parcourant sa colonne vertébrale.

Si les gens restent, n'ayant pas été effrayés par sa personnalité crue et excentrique, la mangaka est  adorable. Une fois qu'elle s'est attachée, elle est pire qu'un pot de colle et se montre franchement trop affectueuse. Son frère en est un bon exemple. Elle l'adore et il n'existe pas une personne dans son entourage qui ne le sache pas. Après tout, il lui arrive d'appeler tous ses contacts, une fois bien bourrée, pour leur parler de lui et dire combien elle est contente qu'il soit dans sa vie. Autrement, il lui arrive aussi de faire toute sa liste de contacts pour leur dire, en pleurant à cause de l'alcool, qu'elle les adore et qu'ils sont parfaits à leur manière. Akemi est une bonne amie pour l'estime, trouvant toujours mille compliments à faire. Il faut aussi admettre que l'artiste est très fière de son travail et n'hésite pas à se rendre aux conventions, lorsqu'on l'y invite. Elle sait être très généreuse de son temps, même si elle en a peu, étant toujours entre deux dates limites. Pour Akemi, la vie serait vide sans tous les gens qui partagent son quotidien ou ses moments épars, c'est pourquoi elle considère aussi important de souligner le fait qu'ils comptent pour elle.

En la côtoyant, la connaissant si ouverte, si sans-gêne, il est très facile d'avoir l'impression de la connaître. Après tout, elle parle de tout et de rien comme si tout était égal et qu'elle n'avait pas de secrets. C'est pourtant le cas, mais grâce à sa personnalité et sa manière d'interagir, il est facile de ne pas s'en rendre compte. Cela dit, Akemi ne parle pratiquement jamais de sa petite enfance, de sa vie en Chine, de ses parents biologiques et du fait qu'elle a été adoptée. Elle ne parle pas vraiment non plus de ses sentiments profonds, ceux qui sont poussiéreux depuis le temps, puisque la jeune femme est passée pro dans la matière de les ignorer et les laisser dans une petite boîte. La sino-japonaise a facilement l'air sans peur réelle - si on oublie les faux ongles dans les pornos et les petites peurs comme ça - mais si elle est comme elle est, c'est bien pour se protéger, c'est une carapace qui cache quelque chose. Mais bon, Akemi est parfaitement heureuse comme ça... donc... pourquoi creuserait-elle?



Sakura Gakuen and you
Akemi a étudié à Sakura Gakuen durant ses années de lycées, puis a tout naturellement continué son cheminement universitaire là. Elle était une excellente élève, bien qu'elle était un peu... rêveuse. Ses professeurs le lui pardonnaient cependant, puisqu'elle avait toujours la bonne réponse aux questions surprises pour s'assurer qu'elle suivait - chose qu'elle ne faisait pas, bien souvent. Non, c'est plutôt que la sino-japonaise a toujours adoré lire et dévorait les livres en tous genres, pas seulement les mangas. Elle était d'un physique doux, plus effacé, mais avait un sourire rayonnant auquel personne ne résistait. Akemi aut un de ses premiers crush à 15 ans sur l'infirmier du lycée, sans même s'en rendre compte, elle réussit, petit à petit, à séduire le jeune homme qui débutait sa carrière. Ils sortirent ensemble, en secret, pendant quelques mois. L'adolescente savait qu'il n'était pas l'homme de sa vie, mais elle aimait passer du temps avec lui. Ils rompurent d'un commun accord, lui, craignant pour sa carrière, elle... l'appréciant mais commençant à s'ennuyer. Seules ses amies proches étaient au courant, mais personne ne dit rien. Ce sont d'ailleurs ses amies qui l'ont convaincu de faire du compensating dating, elles se faisaient beaucoup d'argent pour... simplement tenir compagnie à des hommes et des femmes qui s'ennuyaient. Akemi n'y voyait rien de mal et n'eut pas vraiment de problèmes en faisant cela, sinon que certains tombèrent parfois amoureux d'elle, mais l'adolescente avait ce don pour mettre doucement fin à la relation. C'est d'ailleurs dans ce cadre qu'elle sortit avec son professeur de mathématiques, lors de sa dernière année de lycée. Il était mignon à être aussi timide et réservé, Akemi l'aimait bien, mais cette histoire prit fin avec l'année scolaire.

La sino-japonaise excellait toujours autant, sinon plus à l'université, étant dans la branche de ses rêves. Akemi sortit en secret avec trois de ses enseignants, deux hommes et une femme, durant ses études qu'elle fit durer jusqu'au master. Ce n'était pas tellement sérieux, mais c'était amusant. Elle se trouva un petit boulot dans une bonne maison d'éditions de mangas, durant ses années d'études universitaires et c'est d'ailleurs pour cette maison d'édition qu'elle travaille aujourd'hui. Donc, pour elle, repenser à Sakura Gakuen... c'est se rappeler de l'infirmier, ses enseignants préférés, les rires avec ses ami(e)s, les nombreux dessins inappropriés qu'elle faisait en cours... C'était une époque simple et joyeuse.





Pour aider le staff, remplis le code du bottin

Code:
<a href="http://sakura-gakuen-rpg.forumactif.com/t111-ogawa-akemi-the-internet-is-for#272" class="val">Long Mao Zhin</a> ⟁⟁ <span>ogawa akemi</span>




Dernière édition par Ogawa Akemi le Dim 18 Mar - 4:20, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 31
Emploi/loisirs : Mangaka (principalement des histoires érotiques)
Messages : 129
Date d'inscription : 16/03/2018
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Ven 16 Mar - 23:17


Story



A little Chinese girl. A young Japanese girl. Or are they the same person?

Wong Ku Fei est née au petit jour, le 12 novembre 1987. Un beau bébé... enfin... un bébé un peu ridé, comme ils le sont tous malgré leur plus que jeune âge, souriant et qui ressemble traits pour traits à sa mère. Ses parents ne pouvaient être plus heureux de l'accueillir, étant un couple de jeunes mariés qui allaient bientôt célébrer leur second anniversaire de mariage. Ils flottaient encore sur ce petit nuage d'amour et ne pouvait rien demander de plus que de partager leur parfait bonheur avec leur petite Ku Fei. Sa mère était une femme au foyer, s'occupant de son bébé adoré et de sa petite maison. Son père était un sexologue très apprécié et très reconnu. La sexualité n'a jamais été quelque chose de tabou dans cette maison, Ku Fei n'a jamais eu droit à l'histoire des abeilles, des choux ou des gens qui prennent tout leur amour pour en faire un bébé. Non, la petite chinoise a eu droit à la vérité. Ses parents la traitaient toujours comme une enfant, la laissant grandir à son rythme, la laissant jouer avec poupées et petites voitures... mais lorsqu'elle posait des questions ou parlait avec eux, ils lui parlaient franchement. Les Wong prenaient quelques pincettes, prenant en considération son jeune âge et le fait qu'elle ne pouvait pas tout comprendre et tout assimiler, mais ils ne voyaient pas l'intérêt de lui inventer des histoires rocambolesques. Ils ont toujours pensé qu'en la prenant au sérieux, ils en feraient une personne éduquée, responsable et apte à ce monde. Chacun élève son enfant à sa manière, espérant bien faire.

Ku Fei ne manquait de rien, elle était comblée d'amour, d'attentions, de temps heureux en famille. Elle avait huit ans quand ses parents décidèrent de quitter leur chère ville de Shanghaï pour aller s'installer à Tokyo. Son père avait été invité à travailler sur un projet qui lui était plus qu'intéressant et qui était potentiellement le plus important de sa carrière. La petite ne parlait que quelques mots perdus de japonais, puisqu'elle avait l'habitude de voir les Ogawa, un couple d'amis à ses parents. Le père de la chinoise avait étudié au Japon, dans son jeune temps, et était le meilleur ami de mr.Ogawa. Ils avaient gardé contact et les couples se visitaient chacun leur tour. On l'inscrivit à l'école et on lui donna un prénom japonais, pour faciliter son intégration. Ku Fei à la maison, Akemi à l'école, c'était un peu mélangeant, mais elle voyait la chose comme un jeu. Au début, ce fut compliqué. Elle mettait un trait de trop ou en oubliait un, écrivant en chinois plutôt qu'en japonais. La petite répondait aussi plus naturellement dans sa langue maternelle ou mélangeait les deux langues, lorsqu'elle cherchait ses mots en japonais et finissait donc par utiliser les mots en chinois pour combler le trou. La santé de sa mère commença à décliner, lorsqu'elle avait environ 9 ans. Les visites à l'hôpital devinrent plus fréquentes et on expliqua à l'enfant que c'était parce que sa mère était gravement malade, mais qu'elle irait bien. Il fallait tout simplement éviter les gros stress. Ku Fei/Akemi devait donc se montrer très gentille avec sa maman et continuer à être une bonne élève, ainsi, la santé de sa maman irait bien. Enfin, on lui dit surtout que ça aiderait à ce qu'elle aille mieux... mais l'enfant était jeune et avait compris que si elle était une enfant modèle, sa mère guérirait.

Quand sa mère était hospitalisée et que son père travaillait tard, la sino-japonaise allait chez les Ogawa, après les cours. Mme Ogawa s'occupait d'elle avec douceur et affection, l'aidant à faire ses devoirs, s'étonnant par ses questions... puis se rappelant de qui était son père, la nippone se remettait rapidement de sa surprise. Les sujets de conversation n'étaient pas puritains chez les Wong et le père de l'enfant parlait souvent de ses recherches. Il avait toujours considéré qu'il vaut toujours mieux être averti que d'apprendre de malheureuses manières! Puis, il n'y a rien de plus humain et naturel que le corps humain et ses interactions. Ku Fei rendait tout de même très souvent visite à sa mère, lui apportant mille dessins, lui racontant ses journées à l'école, ses sorties avec son père... L'enfant passait beaucoup de temps avec les Ogawa, oui, mais évidemment avec son père aussi. Ils se faisaient souvent des soirées cinémas, allant voir les derniers films d'animation ou les comédies, pour se changer les idées. Ils allaient voir des documentaires aussi parfois, son père l'amenait au musée, la défiait à manger des plats trop bizarres au restaurant... Ils riaient beaucoup tous les deux et Akemi était donc une enfant très souriante, très vive, très enjouée, malgré tout. Elle racontait tout à sa maman, lui disant qu'elle avait hâte qu'elle ne sorte de l'hôpital pour qu'elle ne vienne avec eux. Chose que la femme faisait, lorsqu'elle pouvait enfin rentrer chez elle.

Akemi avait 10 ans quand on diagnostiqua un dangereux cancer d'un stade très avancé à son père adoré. Le choc fut trop intense pour sa mère, sa santé rechuta et elle fut hospitalisée. Son père quitta son travail, souhaitant passer ses derniers moments avec sa famille. L'enfant ne comprenait pas très bien, sa mère était gravement malade depuis un an déjà... mais elle finissait toujours par aller mieux. Si elle était une bonne petite fille, si elle était gentille et avait de bonnes notes, sa maman revenait à la maison. Pourquoi son père ne pourrait pas guérir lui aussi? Il tenta maintes fois de lui expliquer que sa maladie était différente, que les choses n'étaient pas aussi simples... Ku Fei le vit souffrir le martyr jusqu'à la fin, pleurant lorsqu'elle l'entendait tenter d'étouffer un cri de douleur ou grimacer pour la même raison. Son père lui souriait toujours, lui caressant la joue avec tendresse et lui disait qu'il l'aimerait toujours. Elle resterait toujours sa petite femme épanouie et qu'il était certain qu'elle était promis au plus bel avenir qui soit. La petite ne cessait de répéter qu'elle serait la plus gentille et aurait les meilleures notes de sa classe, il pouvait donc aller mieux et arrêter de faire semblant. Il ne suffit que d'un petit mois pour que l'homme ne succombe à la maladie. Un petit mois rempli de rires, de sourires, d'encouragements, d'amour, mais aussi de larmoiements, de peur et de refus de le laisser partir... La santé de sa mère atteint un point critique, elle fut mise dans un comas artificiel, afin de stabiliser son état. C'est donc seule ou plutôt avec les Ogawa que Ku Fei se rendit aux funérailles de son père. C'est d'ailleurs chez eux qu'elle rentra ensuite et ce, à tous les soirs depuis. Ils étaient ses tuteurs légaux, ses grands-parents étant morts depuis longtemps et elle n'avait ni oncles, ni tantes, donc... les Ogawa étaient le choix logique.

Akemi aimait beaucoup le couple, mais... il ne remplaçait pas son père... ni sa mère. Le premier était mort, la seconde dans le comas... La petite se sentait seule au monde, abandonnée. Elle en voulait à sa mère de ne pas être là pour elle, alors qu'elle en avait cruellement besoin. Elle en voulait aux médecins de ne pas avoir sauvé son père. Elle était jeune, beaucoup trop jeune pour comprendre qu'ils n'avaient rien pu faire de mieux. Elle s'en voulait de ne pas avoir été une assez bonne élève, de ne pas avoir été une enfant assez aimante... parce que si elle l'avait assez été... il serait toujours là, non? Si elle l'avait été, sa mère ne serait pas dans le comas, non? L'enfant souriante et chaleureuse se referma et sembla s'éteindre un peu. Elle continuait tout de même à se donner à fond à l'école, essayant de se surpasser, puisque c'était la seule chose qu'elle pouvait faire pour sauver sa mère, selon elle. Akemi ne faisait que pleurer quand elle allait voir sa mère, le premier mois, tenant sa main de toutes ses forces dans la sienne et lui promettant de s'améliorer pour elle. Elle l'implorait de lui revenir, disant que les Ogawa étaient gentils, mais... sa maman lui manquait. La première année s'écoula à un rythme horriblement lent, la petite ne voulait pas s'habituer... ne voulait pas admettre que c'était la vie. Les Ogawa étaient la douceur et la patience incarnés avec elle, ils lui laissèrent donc le temps, continuèrent de la guider et l'aidèrent à vivre son deuil. Elle retrouva lentement le sourire, comme ses tuteurs le lui disaient, ses parents avaient toujours adoré son sourire. Son père serait plus heureux, là-haut, s'il la voyait sourire et être heureuse. Il n'était pas là physiquement, mais il veillait tout de même sur elle et sur sa mère.

La santé de sa mère s'améliora aussi, très, très lentement, donc à peine. Elle put reprendre conscience, mais elle avait tellement de médications qu'elle n'avait pas toute sa tête, la plupart du temps. Ku Fei en était tout de même soulagée, pensant qu'elle était sur la bonne voie en étant la meilleure de sa classe et en étant la plus gentille possible avec les Ogawa. Elle continuait à visiter sa  mère comme lorsque plus jeune et lui racontait sa vie de jeune prépubère avec douceur. La santé de la pauvre femme fluctuait toujours dangereusement, semblant avoir les montagnes russes en guise de modèle. Mme Ogawa lui apprit joyeusement, alors que la sino-japonaise avait 11 ans, qu'elle était enceinte. Étant précoce, la petite la regarda d'abord de travers, puis lança un regard incertain à mr. Ogawa. Ça voulait dire qu'ils étaient sexuellement actifs? Ensemble? Une fois la remise en question passée, la petite sourit joyeusement et fut encore plus contente d'apprendre qu'on la laisserait jouer avec le bébé. Akemi aimait lire des histoires au ventre de mme Ogawa, convaincue que le bébé appréciait ce genre de choses. Elle lui chantait aussi des comptines chinoises ou lui racontait ses blagues préférées, en chinois et en japonais. Les Ogawa la trouvait adorable et drôle à ainsi faire attention à la dame et au bébé qu'elle portait. Quelques mois après son douzième anniversaire, le petit Masao poussait ses premiers cris. Akemi était à l'hôpital avec ses tuteurs et eut la joie d'être une des premières personnes à le prendre dans ses bras. Elle tomba immédiatement sous le charme et fut convaincue que ce fut réciproque, puisque la main minuscule du bébé vint se refermer sur son doigt. Les Ogawa durent lui dire, en riant, d'arrêter de couvrir le visage du bébé de baisers, puisqu'il avait besoin de respirer. Ce fut le début d'une histoire d'amour qui n'a toujours pas connu de fin, à ce jour~


Puis... la jeune étudiante venait d'avoir 15 ans, c'était la fin de décembre, la fin du second trimestre... Les examens étaient particulièrement difficiles, cette fois. Contrairement à son habitude, Akemi ne fut pas la première de sa classe, mais la seconde. Ce ne fut qu'une pure coïncidence, mais sa mère finit par succomber à la maladie et aller rejoindre son mari, laissant leur fille à son tour. L'adolescente fut inconsolable, croyant que tout était de sa faute, si elle avait été la meilleure de la classe comme à l'habitude, ça ne serait pas arrivé! Elle ne savait pas si elle avait envie de continuer, si ça avait une quelconque valeur, un quelconque sens. Heureusement, les Ogawa étaient là, comme toujours, pour veiller sur elle et la guider. Son dernier trimestre au collège ne fut pas des plus glorieux, ses notes chutèrent complètement, mais elle réussit à passer tout de même. Akemi était déjà inscrite au lycée Sakura Gakuen et les Ogawa réussirent à faire pardonner ses affreuses notes aux derniers examens, expliquant que la petite était maintenant orpheline, mais que si on regardait son passé scolaire, elle avait toujours été la meilleure.

Akemi commença sa première année de lycée, se rendant à ses premiers jours sans trop d'entrain. Elle allait souvent à l'infirmerie et c'est là qu'elle rencontra son premier crush, Takeshi. Il était gentil et doux, il la laissait pleurer sans lui poser de questions auxquelles elle ne voulait pas répondre et la consolait avec bienveillance. Il lui répétait toujours qu'elle avait un magnifique sourire et qu'elle se trouverait plus facilement un petit copain, si elle séchait ses larmes et ne faisait que sourire. L'infirmier n'était pas très vieux, il venait de terminer ses études et commençait à peine sa carrière. Les étudiantes étaient toutes d'accord pour dire qu'il était très séduisant et avait un charme particulier. Dire que Takeshi suffit à lui faire faire son deuil serait une immense et affreuse erreur, mais, il est vrai qu'il aida lui aussi à lui faire retrouver un peu le sourire. L'étudiante faisait plus attention à son apparence, prenant soin de toujours être jolie pour aller à l'école. Elle s'efforçait à sourire davantage, cherchant à lui plaire et recommença même à faire des efforts pour ses notes, puisque l'infirmier lui avait admis que les enseignants lui avaient dit s'inquiéter pour elle, chose qui lui causait du soucis aussi. Akemi fut surprise, la première fois qu'il l'embrassa. Ce fut d'ailleurs son premier baiser. Celui qui scella une relation qui dû rester secrète, mais qui fit du bien à l'adolescente qui avait besoin d'une certaine tendresse que ses tuteurs et ses ami(e)s ne pouvaient pas lui offrir.

Il faut souligner qu'il y avait Masao aussi, petit bambin qui avait réveillé toute la maisonnée pendant de longs mois, après son arrivée. Petite chose qui rendait folle dingue la jeune adolescente qui passait son temps à le cajoler et jouer avec lui, quand elle ne faisait pas ses devoirs ou ne jouait pas avec ses amies. Pourquoi ne pas aller rejoindre ses parents dans l'autre monde? Parce qu'elle voulait voir Masao grandir... elle voulait pouvoir le guider dans la vie, elle voulait vivre pleins de moments avec lui. Les Ogawa lui avaient proposés, quand mme Ogawa était encore enceinte, d'être la grande sœur du petit Masao. Ils n'avaient pas réussi à avoir d'enfants avant lui et ils étaient certains que la jeune fille remplirait à merveille ce rôle. Même si c'était difficile en ce moment et le serait probablement pendant un long moment, elle voulait remplir ce rôle. Elle avait accepté, il y a déjà longtemps de cela, de se faire appeler « Ogawa Akemi » pour son inscription au lycée, c'était plus facile à faire passer plutôt que de toujours expliquer pourquoi elle avait un nom chinois et un prénom japonais... Elle avait environ 16 ans, sa mère était morte depuis un peu plus d'un an, quand l'adolescente s'approcha, hésitante de ses tuteurs. Akemi les avait déjà entendu parler de l'idée de l'adopter, ils n'avaient cependant pas osé lui en parler directement, ne voulant pas la froisser ou qu'elle ne croit qu'ils oubliaient ses parents biologiques. Ça aussi, elle le savait, l'ayant entendu aussi. La sino-japonaise leur demanda s'ils pensaient toujours à l'adopter, chose qui les surprit, puisqu'ils ne lui en avaient jamais parlé. Elle expliqua qu'elle les avait entendu en parler... Sans hésiter, mais avec précautions, ils admirent que oui, c'était toujours le cas. Akemi hocha doucement la tête et resta silencieuse quelques minutes, réfléchissant, puis elle leur répondit qu'elle aimerait bien devenir la vraie grande sœur de Masao. Elle ajouta d'ailleurs qu'elle préférait qu'on ne dise pas à l'enfant qu'elle n'était pas sa vraie sœur... elle voulait avoir un lien spécial avec quelqu'un... comme avant... L'adolescente n'en oubliait pas ses origines chinoises, ni ses parents adorés. Oh ça jamais! Mais... ils n'étaient plus là... elle était seule au monde, en petit extra dans une nouvelle famille. Elle voulait avoir le sentiment d'avoir sa place quelque part.

Les démarches terminées, Wong Ku Fei devint officiellement Ogawa Akemi. Pour l'adolescente, ce ne fut pas très compliquée au niveau de sa vie sociale. Elle se présentait déjà sous ce nom depuis qu'ils étaient devenus ses tuteurs, n'aimant pas expliquer pourquoi elle était avec eux, plutôt que ses parents... Il lui était difficile d'admettre que son père était mort, surtout qu'elle pensait en être responsable... tout comme elle se cru responsable de la mort de sa mère aussi. Elle n'avait que peu d'ami(e)s du collège qui étaient au même lycée, puis, il faut dire que leurs chemins s'étaient séparés au cours de la première année. Akemi avait rencontré d'autres gens et se présentait comme la fille des Ogawa, comme ils lui avaient dit de faire, si elle n'avait pas envie de parler de ses deuils difficiles. Ses nouvelles amies étaient populaires, belles et plutôt aventureuses. Elles s'intéressèrent à elle, malgré son physique plutôt discret, lui trouvant un charme doux et rafraîchissant et l'invitèrent à rejoindre leur petit groupe très select. Les jeunes filles adoraient sortir avec des hommes et des femmes, en général plus âgés, qui, en échange de leur douce compagnie, leur offraient des cadeaux exorbitants ou de coquettes sommes d'argent. Évidemment, les parents adoptifs de l'adolescente ne furent jamais au courant de cela! Akemi n'y voyait pas de mal, elle faisait toujours attention, cela dit, et en profitait tout simplement~ Pour elle, c'était comme avoir plusieurs petits amis qui la couvraient de cadeaux. Tout le monde y trouvait son bonheur et ça ne faisait de mal à personnes.

La jeune femme se fit ainsi des économies plus qu'enviables. Chose qu'elle cacha à ses parents, pour qu'ils ne posent pas de questions. Ses amies avaient insisté sur le fait qu'aucun parent ne devait être au courant et Akemi ne voulait pas perdre leur amitié. Elle prit une partie de ses économies pour se faire faire plusieurs chirurgies esthétiques, pendant les vacances, après le lycée. Elle voulait commencer l'université en beauté! Elle n'était pas laide avant, loin de là, mais Akemi ne se sentait pas bien dans sa peau. Pas aussi bien qu'elle le voulait. Son visage ressemblait atrocement à celui de sa mère et elle avait l'impression de voir un fantôme dans la glace, quand elle se voyait... Puis, son obsession des mangas ne date pas d'hier, la jeune femme a toujours idolâtré ces personnages, les voyant comme des modèles de beauté à suivre. Après tout, ils ont un peu des airs de poupée... Elle aussi voulait être aussi jolie. Alors, hop! Une chirurgie aux yeux! Hop! On se fait arranger le nez! Hop, hop! On gonfle un peu ces lèvres et cette poitrine menue! Ses parents adoptifs avaient beau avoir essayé de l'en dissuader, disant qu'elle était adorable au naturel, rien n'y avait fait et la jeune nippone avait changé de visage. Les résultats furent encore mieux que ce qu'elle avait espéré et elle n'a jamais regretté ses choix.

Une fois l'université commencée, Akemi cessa ses activités de compensating dating, n'ayant plus le temps de jouer comme ça. Masao avait 6 ans, maintenant, elle avait davantage de devoirs et commençait aussi un petit boulot dans une maison d'éditions de mangas. Puis, elle n'avait pas réellement besoin d'argent et de cadeaux, elle avait déjà ses économies, mais aussi l'argent de ses héritages. Non, elle préférait garder son temps libre pour elle-même et son petit frère adoré, plutôt que pour de pauvres âmes en mal d'amour. Ils et elles trouveraient facilement d'autres jeunes personnes, de toutes manières. La jeune étudiante y eut ses petites histoires, plus ou moins importantes, avec trois de ses enseignants. Elle n'aurait donc pas eu le temps pour ses anciennes activités et préférait ces relations. Ses études furent brillantes et glorieuses, Akemi travaillait encore plus qu'elle ne l'avait fait au collège et au lycée, chose qui lui valut d'être la meilleure de sa promotion. Mais, il faut dire que c'est avec passion et un désir ardent de succès qu'elle se rendait à ses cours. Devenir une grande mangaka n'était pas une option pour elle et elle avait déjà pris cette routine de travail acharné. Ses parents biologiques n'étaient peut-être plus là, mais ils veillaient sur elle, de là-haut et devaient être fiers de leur petite fille adorée.

Ses diplômes en mains, Akemi continua à travailler à la même maison d'éditions et publia sa première série à saveur érotique, à l'âge de 25 ans. Elle avait déjà commencé à voir ses petits one shots être publiés dans divers magazines, dès ses 23 ans. Ces histoires courtes passaient de shônen à shôjo, touchant au thriller, policier, fantasy, etc. La mangaka était un peu touche-à-tout, aimant explorer les genres. Sa série fut la surprise de l'année, ayant un succès monstre auquel elle ne s'attendait pas! L'année suivante, on lui proposait déjà d'en faire un drama, alors qu'elle continuait la série, tout en commençant un autre projet. Après tout, il faut battre le fer quand il est chaud. Son éditeur voulait qu'elle profite du succès de sa série au maximum! Le réalisateur étant quelqu'un de très respecté et dont elle avait toujours admiré le travail, elle accepta, à conditions qu'on lui laisse son mot à dire. Après tout, cette histoire, c'était son bébé, quoi! Ses parents adoptifs étaient très fiers d'elle et on fit une grande célébration à la maison familiale. Les Ogawa savent comment est leur fille et l'aiment comme tel, reconnaissant en elle un savant mélange de ses défunts parents adorés, mais... ils la remercient en silence d'avoir fait des versions censurées de ses histoires pour Masao. Après tout, il n'avait que 13 ans, lorsqu'elle publia sa première série! Ce qu'ils ne savent pas est qu'Akemi l'a laissé lire la version originale, quand il venait dormir chez elle. Oups. Akemi se dit qu'elle savait beaucoup plus de choses sur la sexualité alors qu'elle avait la moitié de son âge! Il n'y a rien de mal à savoir! Ça aide à comprendre le monde et surtout, ça évite des grossesses et des maladies, puisqu'on fait attention! Dans certains pays, ils sont déjà promis à un mariage ou carrément mariés, à cet âge!

Même si elle avait quitté le nid familial pendant ses études universitaires, se rapprochant de son école, Akemi continuait d'aller souvent visiter ses parents et invitait encore plus souvent Masao chez elle. Il avait même une clé de son appartement, pour y venir quand il voulait. La sino-japonaise prenait son rôle de grande sœur avec le plus grand des sérieux, adorant son jeune frère... donc... quand il apprit qu'elle n'était pas sa sœur biologique et refusa de lui adresser la parole pendant une longue semaine... Ce fut la fin du monde pour la mangaka. Ils ne partageaient pas de liens de sang, certes, mais jamais Akemi ne l'avait considéré autrement pour autant. Elle finit par trouver le courage d'aller discuter avec lui, voulant lui expliquer les choses. L'artiste lui admit qu'elle avait demandé à leurs parents de ne rien dire, ne voulant pas qu'il n'agisse avec elle comme une étrangère. Les larmes aux yeux, elle lui partagea qu'il avait été une de ses raisons à ne pas succomber à l'envie d'aller rejoindre ses parents biologiques et qu'encore à ce jour, elle vivait difficilement son deuil. Une petite voix lui murmurait toujours que c'était de sa faute et elle se refusait donc à parler d'eux, sans pour autant les oublier... Akemi expliqua aussi qu'il était la personne avec qui elle se sentait le plus... comme une famille, justement. Elle adore les Ogawa, leur est très reconnaissante et les considère comme ses deuxièmes parents, mais... il y a une petite distance qui n'est pas présente avec Masao. Leur lien est vraiment unique, même si elle pouvait comprendre qu'il était choqué... elle l'implorait de ne pas la détester et ne pas la rejeter. Elle ne voulait pas se sentir seule et abandonnée encore.

Les réconciliations faites, ils se rapprochèrent encore plus, n'ayant plus ce lourd secret entre eux. Le soulagement d'Akemi fut de courte durée, cela dit, puisque son petit frère souffrit d'un souffle au cœur, l'année suivante... Les médecins disaient même qu'il aurait fort probablement besoin d'une greffe, dans les années à venir. La jeune femme ne sait réagir autrement qu'en étant mortifiée à l'idée de perdre encore un être si cher à son cœur. Lorsque son père est mort, une partie d'elle-même l'a accompagné... Lorsque sa mère a succombé à son tour, elle aussi a pris une petite partie de sa fille. Si quelque chose arrivait à Masao... Non. Elle ne le supporterait pas. La froideur et la solitude du deuil ont ce don de rendre tout noir, enlever toutes saveurs et envies... Akemi se refuse à l'amour, ayant bien vu comment cela à pousser sa mère au bord de la mort, pour finalement l'y tirer. Puis, si la douleur a été aussi dévastatrice et l'est encore à ce jour... comment pourrait-elle sincèrement envisager de possiblement revivre ça? Non, si elle n'aime personne, elle ne revivra pas ces horribles sentiments. Puisque bon, les gens qui s'aiment... ceux qui s'aiment longtemps comme ses parents l'ont fait... Il y en a presque toujours un qui souffre de survivre à l'autre. La jeune femme déteste cette idée, sachant trop bien combien il est impossible de vivre cette expérience...

De toutes manières, la nippone ne peut pas offrir son cœur à n'importe qui, même si elle venait à réussir à passer outre ses peurs. Après avoir discuté avec les médecins et passé quelques tests, elle a décidé d'être celle qui donnerait son cœur à Masao, s'il venait à avoir besoin d'une greffe et qu'il n'y avait personne d'autres. Elle ne peut donc pas se mettre sérieusement en couple, sachant que sa vie pourrait se terminer dans deux ans. L'artiste ne doute jamais de ce choix et reste convaincue que ce serait le bon choix à faire. Si les choses se terminent ainsi, son petit frère vivra une belle vie, elle aura fait tout ce qu'elle pouvait pour lui et continuera à faire partie de sa vie tout de même. Évidemment, Akemi n'a pas partagé ce choix avec son petit frère et ne compte pas le faire. Elle ne voudrait pas qu'il ne tente de lui faire changer d'avis. Non... il l'apprendra, à son réveil, après l'opération, alors qu'il sera en santé, via une lettre, une vidéo, un manga... elle ne sait pas encore. Aussi bien, elle n'aura pas à se sacrifier et ils trouveront un autre donneur... mais, elle se prépare tout de même, au cas où. La sino-japonaise sait qu'elle n'hésitera pas à aller jusqu'au bout, donc, en attendant... elle profite au maximum de sa vie, tente tout ce qu'elle peut et vit comme si on allait l'appeler demain pour lui dire que Masao est à l'hôpital et qu'il a besoin d'une greffe en urgence. Elle fait donc attention à son alimentation, suivant un régime spécial pour que son cœur soit le plus en santé possible. Certes, il lui arrive de se permettre de petits écarts, ici et là, elle ne se nourrit pas que de salade en vivant enfermée dans une boîte en carton pour éviter les émotions fortes. Non, elle se permet plusieurs émotions fortes, son cœur étant en excellente santé, mais elle choisit avec précautions ses activités.

À ce jour, Akemi est mangaka depuis 5 ans. Elle est célèbre dans son domaine, ayant publié de nombreux one shot, 4 séries complètes et travaille actuellement sur une nouvelle série qui connaît, elle aussi, un franc succès. Deux de ses séries ont été adaptées en drama, une au Japon, mais aussi en Chine et en Corée. Une autre, plus courte, a été adaptée en film. Elle est on ne peut plus heureuse de son travail et vit passionnément, essayant de rendre fiers ses parents biologiques et adoptifs.






Dernière édition par Ogawa Akemi le Dim 18 Mar - 5:39, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 19
Localisation : Tokyo
Emploi/loisirs : Etudiant
Messages : 961
Date d'inscription : 29/03/2017
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Ven 16 Mar - 23:22

Ah, je peux enfin te souhaiter officiellement la bienvenue nyaah

J'ai hâte de voir ce que tu vas nous faire de ce personnage, rien que son métier, j'aime beaucoup B)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 31
Emploi/loisirs : Mangaka (principalement des histoires érotiques)
Messages : 129
Date d'inscription : 16/03/2018
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Sam 17 Mar - 1:21

Ryockette ♥ Tu deviens Kyokette ici ♥ on dirait ''croquette'' avec un drôle d'accent x) J'avais envie d'un personnage bien déjanté, bien coloré et sans-gêne! Pas pervers à ouvrir son trenchcoat devant les petits enfants alors qu'il porte rien dessous, mais bien juste une personne qui n'a pas peur de parler de choses qui peuvent être tabous et qui en fait son boulot x) Faut pas s'inquiéter, elle ne violera personne ♥ Mais, elle sera un peu cinglée ♥ Comme on les aime quoi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 19
Localisation : Tokyo
Emploi/loisirs : Etudiant
Messages : 961
Date d'inscription : 29/03/2017
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Sam 17 Mar - 11:29

Non mais quelle idée de choisir des prénoms aussi ressemblant pour des personnages avec le même vava aussi xD Entre Kyosuke, Ryosuke et Sosuke, j'ai fais fort xD

Bon si elle viole personne ça va xD Bon par contre je pense pas que ses mangas seront le genre que Kyo lit mais bon xD

En tout cas j'a hâte d'en savoir plus, rien que le caractère et les anecdotes, je suis fan! xD Non mais elle a eu des relations avec ses profs au lycée et à l'université, jpp xD

Hâte de lire la suite I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 31
Emploi/loisirs : Mangaka (principalement des histoires érotiques)
Messages : 129
Date d'inscription : 16/03/2018
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Dim 18 Mar - 5:42

Je pensais que j'allais faire une histoire courte. Oups. Une chance que tu aimes lire :'D

En effet, l'originalité les prénoms hein x) Tu avais l'inspiration :'D Ou tu es trop fan de ce genre de sonorité xD

Nah, nah, on ne viole personne xD Elle sera adorable, faut pas la limiter à son travail et la juger là-dessus xD Elle sera juste un peu... différente de la japonaise typique, mais ce n'est pas un mal, il me semble xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin
Age : 58
Localisation : Tokyo
Emploi/loisirs : Directeur de Sakura Gakuen
Messages : 188
Date d'inscription : 26/01/2017
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Dim 18 Mar - 11:41


Félicitation

tu es validée!



Bienvenue parmi nous!
Félicitation petit padawan, tu fais désormais partie de la petite famille de Sakura Gakuen    

Tu es désormais citoyen(ne) de Tokyo.

N'oublie d'aller recenser ton métier ici et d'aller réclamer tes yens ici
Tu souhaites peut-être aussi te faire des amis? Cette section te permettra de te faire tout pleins de potes      
Besoin d'un lien en particulier que tu ne peux pas avoir avec les membres?
Pas de soucis,  ici tu peux créer les scénarios dont tu as besoin!    
Tu souhaites garder le contact avec tes amis? Tu pourras créer ton facebook et t'acheter un portable.
Et en cas de soucis, n'oublie pas que le staff est là pour t'aider    

Et voilà, tu es désormais prêt! Je n'ai plus qu'à te souhaiter bon jeu!
   









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sakura-gakuen-rpg.forumactif.com
avatar
Age : 19
Localisation : Tokyo
Emploi/loisirs : Etudiant
Messages : 961
Date d'inscription : 29/03/2017
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Dim 18 Mar - 11:46

Ah ça, c'était long à lire mais ça valait le coup xD J'adore son histoire, trop triste mais trop mignonne aussi avec son lien avec son frère adoptif ;;

Ah non mais m'en parle pas, je sais pas ce que j'ai foutu pour le coup xD

Mais non mais non, ce n'est pas un mal xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 31
Emploi/loisirs : Mangaka (principalement des histoires érotiques)
Messages : 129
Date d'inscription : 16/03/2018
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Dim 18 Mar - 13:34

Merci, merci ♥ Quand je disais qu'elle n'est pas juste une otaku perverse! xD Elle est plus complexe que ça x)

Tu t'es amusée, ça va, c'est drôle x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age : 19
Localisation : Tokyo
Emploi/loisirs : Etudiant
Messages : 961
Date d'inscription : 29/03/2017
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   Dim 18 Mar - 13:37

J'ai jamais dis le contraire Mei-Lin

Mouai, mais une fois j'ai faillis me gourer entre Ryo et Sosuke xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ogawa Akemi ♔ The internet is for...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ogawa Akemi ♔ The internet is for...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un ti termi que j'ai trouvé sur internet par hasard
» Un virus internet piège un pédophile allemand...
» Marre des fachos qui polluent internet.
» Connexion Internet en carton
» Déménagement et pas d'Internet u_u

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Ma fiche d'identité :: Présentation :: Fiches validées-
Sauter vers: